Chanter avec le ventre DANGER

Bonjour c’est Gilles Pesnot, l’Alchimiste de la voix,

Dans cette série d’articles, je continue de partager avec vous mes découvertes, mes avancées, ma compréhension du fonctionnement du souffle et de la voix.
Aujourd’hui, je voudrai parler avec vous d’un sujet qui me fait de la peine. J’ai commencé à l’aborder dans mes livrets de formation, mais il semblerait que je ne sois pas aller assez loi, car j’ai reçu beaucoup de questions à ce propos.
Il s’agit de cette fameuse petite phrase que vous avez tous, bien sûr, entendu au détour de la lecture d’un livre ou d’un blog, au cours d’une discussion entre amis, à la chorale, pendant un cours de chant, de yoga ou de sophrologie : cette petite phrase, ce théorème absolu, cette maxime érigée en lettre d’or : Il faut respirer ou chanter avec son ventre !!!!

Lorsque le dire ou l’écrire ne suffit pas, les personnes bien intentionnées joignent des exercices ou des trucs à réaliser pour mettre en œuvre ou réaliser cette respiration dite : diaphragmatique ou abdominale.
Ainsi en faisant une petite recherche très courte sur internet, j’ai trouvé toute une série de conseils, en voici un tout petit florilège :

« Imaginer que votre ventre est une cabine d’ascenseur qui monte et qui descend, Lorsque vous inspirez, gardez votre thorax plat, et gonflez votre ventre comme pour faire descendre la cabine d’ascenseur le plus bas possible.. »

« Inspirez doucement l’air par le nez en gonflant le ventre comme un petit ballon, Expirez doucement l’air par la bouche, en abaissant le ventre comme pour le rentrer à l’intérieur de votre corps. »

Je me rappelle aussi de ce livre, écris par un professeur de chant très sérieux et diffusé à des milliers d’exemplaires qui proposait de s’allonger sur le dos, de poser un livre sur son ventre et de le soulever à l’inspire.

On vous dit également que pratiquer cette respiration vous apaise et vous calme immédiatement. On vous dit par exemple de la pratiquer avant un rendez-vous important pour calmer votre stress ou votre anxiété. Et bien je peux vous dire que pendant toutes ces années ou ma respiration était bloquée et pendant lesquelles en conséquence, ma vie était extrêmement agitée, je n’ai jamais réussi à me calmer ou à m’apaiser avec ce type de conseil, absolument jamais, et ceci pour la bonne raison que les effets obtenus sont exactement contraire aux effets recherchés, voire même désastreux sur le long terme.
Avant d’aborder le fond du sujet, je dois préciser ceci : demandez ce que vous voulez à un gros bébé qui à bien grandi et il le fera. Si quelqu’un s’est construit avec bonheur, est passé entre les gouttes de l’éducation, des bobos petits ou grands que tout enfant en construction ne manque pas de rencontrer sur son chemin, alors, il suivra ou pas n’importe quels exercices ou recommandation et la mettra en œuvre de manière juste et équilibrée. Maintenant, je suppose que si vous lisez cet article, c’est que ça n’est pas tout à fait le cas n’est-ce pas ? C’est que vous sentez que quelque chose vous bride dans votre souffle ou votre voix. Alors écoutez attentivement ce qui suit.

[divider_bar_wide]Suite de l’article[/divider_bar_wide]
Qu’il y t-il donc de problématique avec tous ces conseils et ces exercices ?

En premier lieu, quel que soit finalement la pertinence ou non de ces conseils donnés, ils sont mis en œuvre par celui qui les reçoit à la manière dont il aborde sa vie et dont il s’utilise au quotidien d’une manière générale. Si la personne est quelqu’un de nerveux ou de tendu alors elle mettra en œuvre les solutions dans ce paradigme de tension et de nervosité. Si la personne à l’habitude de faire les choses en force, elle réalisera l’exercice en force et ainsi de suite….
Si cette respiration n’est pas naturelle chez quelqu’un, c’est que quelque chose l’en empêche, c’est déréglé, c’est contracté ou rétréci. Si le diaphragme et la cage thoracique étaient naturellement souples et détendus, cette respiration serait déjà en place.

Donc en suivant des conseils voici ce qui se passe:

Le diaphragme va effectuer un mouvement en force, à partir d’un schéma intellectuel qui a été « implanté ». La personne s’est, selon les mots et les images véhiculées par les conseils, déjà fait une représentation mentale et intellectuelle du mouvement et de ce qu’elle doit obtenir comme résultats. Il est dit qu’il faut que le ventre se gonfle d’accord ? Donc nous allons gonfler le ventre à l’inspire. Dans le meilleur des cas, les personnes vont donc contraindre leur diaphragme à effectuer un mouvement vers le bas. Dans de nombreux cas, elles vont aussi et dans le même temps, mobiliser les muscles abdominaux pour gonfler artificiellement leur ventre, bloquant en fait la mobilité du diaphragme.
De toute façon le résultat est désastreux, car prenons l’exemple dans lequel la personne va faire descendre artificiellement son diaphragme en force.

Suivez-moi bien :

Si je veux pousser par exemple une porte lourde ou récalcitrante, observez ce qui se passe : je pousse la porte avec ma main. La poussée est transmise à mon bras et l’ensemble de mon corps. Si mon poids n’est pas suffisant pour absorber la poussée, que se passe-t-il ? Il me faut un point d’appui pour résister à la poussée, quel est-il ? Ce sont mes pieds qui prennent appui dans le sol. La tension de ce geste se répercute donc bien dans tout le corps, de la main au pied. Donc pour effectuer un mouvement ou exercer une poussée, il me faut un pont d’appui, vous me suivez ?Si je force mon diaphragme à descendre sur quoi s’appuie-t-il, quels sont ces points d’appui ?

Répondez à cette question et vous comprendrez très rapidement le problème.

En obligeant le diaphragme à descendre les personnes, tirent et tractent entre autres toute la cage thoracique vers le bas et la bloque, la verrouille, lui faisant perdre petit à petit sa mobilité. Ors c’est tout le tube qui doit respirer et s’ouvrir, des clavicules au périnée. En fermant la cage thoracique, c’est toute la statique de la personne dont l’équilibre est compromis. Nous respirons environ entre 15000 et 25000 fois par jour.

Alors imaginez les conséquences d’un mauvais geste sur les personnes qui ont artificiellement mis en place cette respiration ; plus ou moins en force, plus ou moins longtemps, plus ou moins souvent ?
Notre schéma pédagogique occidental est défectueux, car il privilégie l’intellectualisation, préalablement à l’expérience. Entre ce que l’enseignant veut faire passer, ce qu’il dit, ce que l’élève entend, ce qu’il formalise intellectuellement et ce qu’il met en œuvre, les possibilités de distorsions du message sont énormes et conduisent à une mauvaise mise en œuvre des processus.

Expérience, ressenti…. analyse

Ma méthode privilégie, l’expérience, puis le ressenti et enfin à postériori la réflexion. De cette manière l’intellectualisation préalable du processus ne corrompt pas l’expérimentation et laisse la place à l’expérience initiatique. Pour résumer cette pédagogie en quelques mots, c’est se cogner 10 fois la tête dans le mur pour découvrir la onzième fois qu’il y une porte ouverte juste à côté. Mais ces 10 erreurs sont nécessaires pour que l’élève trouve SA porte, SA solution. L’enseignant est là pour guider et favoriser l’expérience, pas pour donner un mode d’emploi stérile, dont l’apprenti s’emparera de manière presque systématiquement déformée. En agissant ainsi, l’apprenti trouve SA solution au lieu d’appliquer une recette toute faite.

Stage

Retrouver les dates et les modalités des stages en suivant ce lien:
Tout savoir sur les stages

Voilà, c’était Gilles Pesnot l’alchimiste de la voix et je vous retrouve dans quelque temps pour un nouvel article.
A bientôt,

Gilles

Partagez sur facebook

13 Comments

  • hemberger

    Reply Reply 19 avril 2013

    Bonjour Gilles ,
    merci beaucoup pour cet article sur « la respiration ventrale » : on sait que la respiration est l’une des clés essentielles pour chanter , or, cette histoire « d’ascenseur diaphragmatique » m’a toujours posé problème … J’ai hâte de commencer votre stage pour me défaire de ce dilemme !

  • Marie-Victoire

    Reply Reply 29 mai 2013

    Et bien je suis toujours en apnée… Pour chanter je suis toujours dans l’intellectualisation de la prise de souffle et parfois j’en manque ou j’en perd… Pas évident en chant lyrique… Bientôt je vais donc pouvoir faire l’expérience d’une respiration adaptée… Chouette!

  • Sandra

    Reply Reply 30 mai 2013

    je n’arrive d’ailleurs pas à appliquer cette respiration abdominale. je souffre lorsque je la pratique!

  • Jean-Yves Ringeissen

    Reply Reply 24 juillet 2013

    Bonjour Gilles,

    Article très pertinent, je trouve !… J’ai moi-même fais les frais de ce que vous décrivez en tant qu’élève, il y a des années. Les conséquences furent réellement douleureuses et durables, dans mon cas !…
    Merci pour ce travail d’information,
    bien cordialement,

    Jean-Yves

  • Nathalie Robert

    Reply Reply 24 juillet 2013

    Bonjour Gilles,
    Merci beaucoup pour cette recherche. En tant que professeure de yoga, des choses me chiffonnaient quant à cette respiration, j’ai largement fait évoluer ma façon de pratiquer et maintenant je demande le relâchement sur l’inspiration et non plus l’expiration et sur l’expiration on fournit l’effort musculaire s’il y en a un.
    Mille mercis et à bientôt je l’espère pour un stage.
    Nathalie

  • Pierre Baudouin

    Reply Reply 25 juillet 2013

    Bonjour Gilles,
    C’est pourtant ce qu’on m’a enseigné dans les différentes chorales où je suis pasé ou dans les cours de chant. C’est pour cela que le haut de ma poitrine est si peu ouvert.
    Amitiés.
    Pierre

  • emilie mvogo

    Reply Reply 3 août 2013

    bonjour Gilles,durant toutes ces années c ‘est la respiration ventrale que j ai apprise en vain partout dans les chorales et ateliers de chant et j avoue je ne l ai jamais maitrisé à un moment j ai cru que mes poumons etaient trop petits pour gerer cette méthode là.merci pour vos conseils

  • Jérôme

    Reply Reply 28 octobre 2013

    Merci M. Gilles pour cet article! Je comprends par la que nous devons aller plus à la pratique qu’à la théorie dans la mesure ou l’art du chant est un art qui se vit, se ressent.

  • Anne-Emmanuelle

    Reply Reply 28 octobre 2013

    Vous avez raison de dénoncer ces dogmes simplificateurs et la façon dont ils sont enseignés. Au début de mon parcours en chant, en « bonne élève », j’ai voulu appliquer ce type de conseils à la lettre et cela n’a mené qu’à accentuer mes défauts de posture (cambrure exagérée) et effectivement à effectuer un geste en force, le haut de la cage thoracique se trouvant lui comme « interdit de bouger » et donc complètement verrouillé. Pour caricaturer, je dirais que j’ai fini par chanter avec la posture d’une femme enceinte : dos creusé et ventre poussé vers l’avant. Ce qui évidemment ne va pas dans le sens d’une colonne d’air bien stable et harmonieuse. Fort heureusement, il y a un moment déjà que j’ai pris mes distances avec ces assertions dogmatiques « il faut chanter avec une respiration abdominale » grâce notamment à différentes approches de travail corporel comme la méthode Feldenkrais.

    Mais le chemin n’est pas fini…

  • jacqueline Devillers

    Reply Reply 13 novembre 2013

    comment savoir loa bonne facon de respirer d’apres vous?

  • Hervé Oléon

    Reply Reply 6 septembre 2014

    Evidemment si la respiration abdominale se fait en force, elle est mauvaise. Or, lorsqu’elle est bien réalisée, c’est à dire sur la détente, et surtout dans la bonne position (bassin antéversé, et non pas rétroversé comme on le lit souvent via ceux qui parlent de « s’asseoir sur le souffle »), les premières côtes s’élèvent naturellement, l’abdomen reste souple (notamment les muscles transverses et les grands droits), et le chanteur se trouve positionné comme sur un tapis volant, dont l’amplitude de « flottement » s’étend sans problème jusqu’au périnée. Il faut s’exercer progressivement, tout en décontraction, et sans vouloir à tout prix gonfler le ventre comme un ballon de baudruche. C’est vrai, si l’on échoue à contrôler cette respiration, c’est qu’il y a des tensions quelque part et que la posture n’est pas bonne. Après, attention une respiration trop haute a pour conséquence davantage de pression sur les cordes vocales, donc une pression sous glottique trop forte et un « serrage », qui se traduira par une voix qui sature et qui bouge. Je persiste à vanter les mérites d’une respiration basse, BIEN MAITRISEE. C’est comme tout, le meilleur des gestes, la meilleure des options, s’ils sont mal appliqués, deviennent nos pires ennemis.

  • cecile

    Reply Reply 11 septembre 2014

    Bonjour!!

    Bonjour, je trouve cette article aussi moyen que ceux qui sont, à mon avis, très peu qualifié d’expliquer la respiration et la résume au ventre, celà m’intéresse plus que tu me parle de ta façon de voir les choses!

    Chanteuse de musique populaire, je prends aussi des cours de lyrique et j’ai beaucoup appris sur ma respiration!!

    Etre chanteur, c’est aussi un sport et un corps à muscler!!

    On abaisse le diaphragme oui, pour augmenter la place et l’air que l’on peux réceptionner et ce n’est pas respirer par le ventre!!! Ce n’est pas le bon terme, c’est le terme réducteur!
    Et on apprend à maitriser sa remontée pour ne pas expulser l’air rapidement!!

    Je pense que ces termes serait plus explicite!

    qu’en pensez-vous?

    Avec plaisir en reparler avec vous!!

    Mais oui, je confirme les craintes que j’ai sur les professeurs de chant qui ne sont pas capable d’expliquer les choses et parfois ne savent même pas ou à peine jouer au piano et font des raccourcis fort simpliste!!

    Il y a plusieurs manières de chanter aujourd’hui, de la petite chansonnette, à l’art de faire du métal sans se péter la voix, de faire du jazz et même l’art de faire de l’opéra!Dans tous les deux cas, mettre l’émotion quelque soit son niveau est pour moi une clef de voute, la technique ne suffit pas!

  • cecile

    Reply Reply 11 septembre 2014

    Bonjour, je suis entrain de créer un site et en cliquant sur mon prénom de, vous pouvez y accéder ou juste ici!!
    http://www.jeveuxvivredelamusique.fr

    Donnez-moi votre avis!!

    Je veux créer une communauté d’amateurs de musique qui va à la rencontre de professionnel et réalise des projets!!

Leave A Response

* Denotes Required Field